Manuscrit fait pour le Ministre Malesherbes, XVIIIe siècle (source : Musée de la Mer)

Extrait Manuscrit.jpg

Extrait du manuscrit, fait pour le Ministre Malesherbes au XVIIIe siècle, sur une page du registre d'écrou de la Bastille.

Sous le numéro 5 "Prisonnier au masque de fer" : "Ancien Prisonnier de Pignerol, obligé de porter toujours un masque de velours noir dont on n'a jamais su le nom ni ses qualités". Date d'entrée : 18 septembre 1698 à 3 heures après-midi : mort le 19 novembre 1703.

Motif de la détention ... "On l'a jamais scû". Observations : "Cest le fameux homme au Masque que jamais personne, n'a jamais scû ni connû. Mort le 19bre 1703. Agé de 45 ans ou environs, enterré à St Paul le lendemain à 4 heures après midy, sous le nom de Marchiali, en présence de M. Rosarges Major dudit château et M. Reilhe Chirurgien Major de la Bastille qui ont signés sur les registres mortuaires de Saint Paul. Son enterrement a couté 40 livres. Ce Prisonnier a resté à la Bastille cinq années et soixante et deux jours non compris celuy de son enterrement".

Une longue note précise : "Ce prisonnier a esté ammener à la Bastille, par Mr.de Saint Mars dans sa litierre lorsqil est venû prendre possession du Gouvernement de la Bastille venant de son Gouvernement des Iles de Sainte Margueritte et Honnorat et quil avoit cydevant à Pignerol. Ce Prisonnier estoit traités avec une grande distingtion de M. le Gouverneur et n'étoit vû que de luy et de M. Rosarges Major dudit Château, qui seul en avoit soin [...) Mort comme subitement, il a été enseveli dans un linceuil de toille neuve et généralement tout ce qui s'est trouvés dans sa chambre a esté brulés, comme son lit tout entier y compris les matelas, tables, chaises, et autres ustancilles reduis en poudres et en cendres, et jettés dans les latrines, le reste a esté fondu comme argenterie, cuivre ou étain. Ce Prisonnier estoit logés à la troisième chamble de la Tour Bertodierre laquelle chambre a esté regrattés et piqués jusqu'au vif dans la pierre, et blanchie de neuf de bout a fonds, les portes chassis et dormant des fenêtres ont esté brusles comme le reste. Il est à remarquer que le nom de Marchiali que lon lui a donnes sur le registre mortuaire de Saint Paul, on y trouve lettre pour lettre ces deux mots l'un latin, et l'autre françois : hic amiral : C'est l'amiral"