Jean-Jacques Rousseau et "L'Emile", vrai premier traité sur l'éducation

Jean-Jacques Rousseau et "L'Emile", vrai premier traité sur l'éducation

Emile ou de l'Education, gravure © BNF, AMC 38Num22_08

Le Siècle des Lumières, avec Jean-Jacques Rousseau, défend une éducation fondée sur la raison et le respect de la nature de l'enfant.

L’idée que l’enfant est un être fragile ayant besoin d’une attention constante se fait jour. L’enfant est comme une jeune plante qui a besoin d’un tuteur.

Trois étapes vont ponctuer la vie scolaire : la salle d’asile, ancêtre de l’école maternelle, l’école primaire qui accueille la majorité des enfants et enfin l’enseignement secondaire, plutôt réservé aux catégories sociales les plus aisées. Localement, vers 1860, l’accent est mis sur la nécessité de développer des salles d’asile : l’Etat alloue des crédits extraordinaires sur 5 ans.

Une Inspection (1860) indique six asiles dans l’arrondissement de Grasse, dans des locaux souvent délabrés, mais c'est un chiffre important : l'arrondissement est celui qui a le plus de congrégations s’occupant d’enfants.

"L’enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n’est moins sensé que d’y vouloir substituer les nôtres. Laissez mûrir l’enfance dans les enfants."
Citation de Jean-Jacques Rousseau